Edito 415: Fibre optique

by admin

Dans le monde, on pose en moyenne 100 000 km de câbles par an dans le monde. Sans ces gros tuyaux sous-marins et sans les datacenters qui permettent de les raccorder, il n’y aurait tout simplement pas d’Internet. Avec l’intention de mettre en œuvre une ligne en fibre optique entre l’Algérie et les États-Unis, cela s’appelle un pari sur l’avenir.
Bien que l’augmentation annoncée de la bande passante internationale n’aura toutefois pas d’impact supplémentaire sur le débit internet tant qu’une partie du réseau local, toujours en cuivre, n’a pas été optimisé ou upgradé. Dans le système mondial de réseaux sous-marins, sur lequel se déplacent la plupart des échanges de données dans le monde entier, les connexions entre l’Europe et l’Asie se font et passent à côté de l’Afrique sans accoster, bien que plus de 90% des échanges intercontinentaux, comprenant les liaisons téléphoniques et de données (internet), passent par les océans.
Pourtant le continent noir est considéré comme stratégique pour la croissance future des affaires en matière de télécommunications. La problématique des câbles sous-marins prend donc tout son sens dans notre monde de l’information. La nouvelle ligne, si elle devient réelle, permettra non seulement à notre pays de pouvoir contourner l’Europe, mais aussi, pour l’Europe d’avoir une redondance en Méditerranée. Cela changera forcément la vision et peut être que les investissements locaux et internationaux dans le IT et les télécoms commenceront à venir.
Il reste, maintenant, à trouver d’autres partenaires pour les mettre en consortium, car non seulement, l’étude, le câble en fibre optique et sa pose coûtent cher, mais aussi, et surtout sa maintenance. Un câble sous marin en fibre optique a une durée de vie en moyenne de 25 ans et généralement au bout de 15 ans, c’est un câble en fin de vie.

Related Posts

Leave a Comment

Résoudre : *
27 − 19 =