Le piratage audiovisuel boosté par le Covid-19

by admin

Le confinement de la population du à la pandémie du coronavirus (Covid-19) a impacté le comportement de visionnement de contenus audiovisuels dans le monde. C’est ainsi que davantage de films et de séries TV illégaux (piratés) sont téléchargés, selon une étude réalisée par la société de surveillance du piratage Muso, qui scrute les activités illicites de plus de 19 000 sites internet dans le monde.
Le confinement a ainsi été très profitable à tous les divertissements disponibles depuis le foyer. Les jeux vidéo, la fréquentation des réseaux sociaux et le streaming vidéo explosent. Le téléchargement illégal de films connaît une augmentation sans précédent. Ce cabinet d’analyse londonien a ainsi relevé une croissance du nombre de visites sur les sites de piratage de films : en Italie, premier pays européen à avoir déclaré le confinement suite à la pandémie (+66%), en Espagne (+50%), au Portugal (+47%), au Canada (45%) ou encore en France (+41%). Le recours à ces plateformes a augmenté, durant la dernière semaine du mois de mars, de 41,4% aux Etats-Unis et de 63% en Inde, par rapport à la même période de février.
Cette variation à la hausse ne concerne néanmoins pas tous les genres : si le cinéma est l’objet de toutes les convoitises, le sport, lui, habituellement très recherché, est cette fois délaissé, faute de diffusions en direct.
Pour le cabinet Muso, cette fréquentation est d’une ampleur «sans précédent», alors que les tendances au piratage sont plutôt à la baisse depuis des années, surtout depuis que les services de streaming légaux à l’image de Netflix et d’Amazon Prime proposent du contenu varié à succès à des prix concurrentiels de par le monde, dont en Algérie.
Selon Muso, cette tendance au piratage audiovisuel permet aussi de comprendre que le visionnage illégal n’est pas systématiquement dommageable aux solutions légales, au contraire : «Les tendances au piratage ou au visionnage non autorisé sont liées de près à la consommation de contenus payants», explique Andy Chatterley, le PDG de Muso.
Piratage audiovisuel : démantèlement en Espagne d’un réseau international
Toutefois, le piratage audiovisuel provoque des pertes financières colossales aux plateformes de streaming légales. Dans ce sens, des plaintes de diverses plateformes légales contre ce type de piratage ont été déposées au niveau des services de sécurité de par le monde et des enquêtes ont été lancées. Dernière en date, une enquête lancée par la garde civile espagnole a permis de mettre fin aux agissements d’un réseau activant dans plusieurs pays.
En effet, la garde civile espagnole a réussi à démanteler, en collaboration avec Europol et Eurojust, un important réseau international de piratage audiovisuel, qui vendait illégalement du contenu audiovisuel à plus de 2 millions de clients dans le monde.
Quinze perquisitions au total ont été effectuées durant lesquelles onze personnes ont été arrêtées, à savoir quatre en Espagne, une en Allemagne, trois en Suède et trois au Danemark. Les enquêtes ont commencé vers le deuxième semestre de l’année dernière à la suite de plaintes déposées par LaLiga, Alliance for Creativity and Entertainment, Nordic Content, NAGRA et la Bundesliga, titulaires légitimes des droits sur les contenus audiovisuels offerts frauduleusement
Les responsables de ce service illicite récupéraient le signal de nombreuses plateformes, chaînes et séries de télévision (plus de 40 000 au total) et le redirigeaient vers un local doté d’une cinquantaine de serveurs de haute technologie hébergés dans plusieurs pays d’Europe, d’où il était ensuite redistribué aux clients. Le contenu illégal était proposé au public sur internet à des prix beaucoup plus compétitifs que ceux existant sur le marché légal.

Related Posts

Leave a Comment

Résoudre : *
7 + 14 =