e-Learning. Pr Taha Houssine Zerguini: “Il faut profiter de cette situation de crise pour rattraper notre retard”

by admin

Le professeur Taha Houssine Zerguini a obtenu un Master et un PhD en génie nucléaire à l’université de Washington (Seattle, USA), après avoir obtenu un DES en Physique de l’université d’Alger. Il a enseigné quelques années à l’université de l’Illinois (Urbana Champaign, USA) avant de rentrer en Algérie. Il est actuellement Professeur à l’université des Sciences et de la Technologie Houari Boumédiène (USTHB) à Alger, dont il a été le Recteur auparavant. Il est aussi Directeur du Laboratoire de Physique Théorique de cette même université.
Concernant ses activités en relation avec la pédagogie et le e-learning, il est membre fondateur de l’Université euro-méditerranéenne d’enseignement à distance Téthys, mais aussi Expert auprès de l’UNESCO en dirigeant deux projets pendant une dizaine d’années et Expert pour l’European Training Foundation, (ETF) de Turin en Italie.
Dans le domaine de l’enseignement, il est l’auteur du livre scolaire officiel de Physique de Terminale, qui a été tiré à plus de quatre millions d’exemplaires, mais aussi auteur et co-auteur de 105 modules e-learning avec numéro ISBN et dépôt à l’INAPI. Aujourd’hui, il est le propriétaire de la plate-forme Khabech.com, un plateforme d’enseignement à distance, objet de notre entretien. Écoutons-le.

IT Mag : En cette période de confinement, l’enseignement à distance est un moyen de se former sans avoir besoin de se rendre dans une école pour assister à des cours. A ce que j’ai vu vous avez déjà un catalogue de cours préparé. Pouvez-vous nous présenter khabech.com ? Quelle est sa spécificité ?

Professeur Taha Houssine Zerguini : Je vous remercie pour tout l’intérêt que vous portez à la production audiovisuelle de cours en ligne du projet Avicenne et à son site « khabech.com ».
L’enseignement à distance est on ne peut plus d’actualité à cause du COVID-19. Sans être alarmistes, nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise l’année prochaine ou une autre an née. Il ne faut pas oublier non plus que le nombre d’élèves augmente et que la population estudiantine va doubler dans moins de dix ans. L’enseignement à travers Internet est la réponse à ce problème. Avec la démographie, les universités vont devoir commencer à concevoir leur enseignement de manière à ce qu’une partie de celui-ci soit toujours en ligne. Nous devons aussi moderniser nos formations, car ce mode d’enseignement est à plus d’un titre essentiel comme dispositif de soutien scolaire ou universitaire, ce qu’on appelle l’enseignement mixte ou le « blended-learning ». Il faut donc profiter de cette situation de crise pour essayer de rattraper notre retard.

Oui mais comment alors profiter de cette situation?

Vous savez, ce qui est mis en place en ce moment avec la situation sanitaire, c’est de l’Éducation de crise, ce n’est pas de l’éducation en ligne. Faire du e-learning, ce n’est pas seulement un contenu PowerPoint, un PDF ou une vidéo. Nous sommes dans l’urgence, mais il faut quand même faire émerger l’école et l’université algérienne de manière conforme aux exigences universelles. On doit construire l’enseignement à distance sur une solution mature et durable et qui réponde aux défis de l’école et de l’université algérienne. Ces défis sont : le surnombre, la qualité de l’enseignement, les transports, le manque de moyens, les taux de réussite, les cours particuliers et bien d’autres choses encore. Notre projet, né dans un laboratoire de l’USTHB, essaie de répondre à cette problématique. La technologie peut bien évidemment nous aider à surmonter ces problèmes de l’école traditionnelle.

Oui. Mais comment la technologie peut elle être le futur dans l’enseignement?

En suivant des principes pédagogiques, car la pédagogie, c’est l’art de transmettre une compétence. L’objectif c’est de faire comprendre les élèves et les étudiants. Grâce à la technologie et Internet, on peut imposer deux techniques pour surmonter le problème.
La première nous suggère un dispositif de formation avec une plateforme, communément appelée « Learning Management System (LMS) », composée d’outils qui permettent d’adapter le concept des acquis d’apprentissage (Learning outcome) Ces acquis d’apprentissage sont la connaissance et la compréhension, c’est-à-dire pouvoir consulter le cours et le comprendre. Ensuite, l’application de la connaissance et de la compréhension, et donc pouvoir faire des exercices d’application. Les capacités de former un jugement, par exemple traiter des données, analyser, synthétiser. Le savoir-faire en termes de communication, interaction avec l’enseignant et les autres apprenants ce qui veut dire savoir travailler en groupe. Et enfin, la capacité d’apprendre en autonomie, c’est-à-dire poursuivre sa formation seul et avancer. C’est ce que nous avons fait avec la plate-forme d’apprentissage « khabech.com » avec ses outils d’information, d’interaction, d’incitation et d’évaluation.
La deuxième technique est la pédagogie de la maîtrise qui est une stratégie pédagogique développée par Benjamin Bloom en 1968. C’est l’hypothèse que tout apprenant peut arriver à une maîtrise totale des notions enseignées si on lui laisse suffisamment de temps et qu’on utilise des moyens adéquats. Ça veut dire que tout le monde peut comprendre. D’ailleurs, Eric Richard Kandel, chercheur en neurosciences et prix Nobel de médecine en l’an 2000, a prouvé cela physiologiquement.
En effet, dans un cours en présentiel la durée est fixe et le niveau de compréhension est variable. En 1 h 30 de cours, certains apprenants comprennent 30 % des notions et d’autres rien du tout. Par contre, l’enseignant considérera que le cours est fait. Ce qu’il oublie c’est que son rôle n’est pas uniquement d’enseigner, mais de faire comprendre.
Le e-learning permet d’appliquer la pédagogie de la maîtrise, d’aller au rythme de l’élève, combler ses lacunes au fur et à mesure et assez rapidement. Nos cours peuvent, à travers des techniques programmées, aider l’étudiant à assimiler son cours. Par exemple, il peut reprendre le concept jusqu’à ce qu’il le comprenne en cliquant sur le menu pour revoir une diapositive autant de fois qu’il le veut. De plus, l’apprenant peut reprendre les leçons déjà étudiées, même d’une autre année et accéder à d’autres ressources nécessaires à sa compréhension. IL peut contacter l’enseignant directement si celui-ci est connecté, autrement la réponse lui sera donnée plus tard. Enfin, l’élève peut consulter un dictionnaire et dispose d’un test d’autoévaluation à la fin de la leçon.
En plus des techniques pédagogiques que je viens de citer, nos cours bénéficient aussi des bonnes pratiques utilisées par les professionnels des secteurs des média-audiovisuels pour retenir l’attention des apprenants. Nos enseignants producteurs de cours sont initiés et formés à la rédaction de scripts et de scénarios vidéo pour transmettre avec efficacité les notions clés qu’ils enseignent.

Pourriez-vous nous donner les domaines de Khabech.com déjà disponibles et nous dire si vos formations à distance sont payantes ou gratuites?

Notre projet est mature puisque jusqu’à présent, nous avons produit vingt-deux matières et modules qui sont consultables gratuitement. Les cours déjà réalisés sont dans les matières de Mathématiques, Physique et Science de terminale et les modules fondamentaux de première année de science et technologie des universités. Ceux-ci sont plus connus sous Maths1, Maths2, Physique1, Physique2, Chimie1, Chimie2, Biologie Cellulaire, Biologie Animale, Biologie Végétale, Géologie1, Géologie2, Chimie SNV1, Chimie SNV2, et certains chapitres d’Algorithmique1 et Algorithmique2. De plus, ces cours existent en format PowerPoint si l’enseignant désire les utiliser en présentiel.
En résumé, Khabech.com, c’est 19 modules fondamentaux de tronc commun de Sciences et Technologie (ST) et les 3 matières essentielles de terminale des lycées, 182 enseignants producteurs impliqués, 10 techniciens et ingénieurs à plein temps. Ce qui donne plus de 50 000 heures de travail et 600 heures d’enregistrements qui touchent 15 000 étudiants utilisateurs par semestre. Et ce n’est pas fini, nous avons encore beaucoup d’autres idées à mettre en place.

Si l’enseignement à distance a de nombreux avantages, et notamment sa souplesse, notez qu’il faut être particulièrement motivé pour réussir. Difficile de se repérer dans l’offre de formation. En effet, la formation à distance a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. En cursus d’école par exemple, on insiste sur le travail en groupe, par projet… Comment palliez-vous à cela ? Comment faites-vous pour motiver les apprenants quand on sait qu’il est parfois difficile de rester motivé quand on travaille seul?

Les outils de notre plateforme permettent le travail en groupe et par projet. Vous avez raison, la motivation est un facteur clé de la réussite d’un apprentissage. Mais comment la susciter et l’entretenir dans le cadre de la formation digitale, lorsque l’apprenant est seul est face à son écran ? Il existe plusieurs stratégies pour pallier ce problème. Voici quelques pistes que nous demandons à nos enseignants producteurs et les enseignants-tuteurs d’utiliser.
Il faut d’abord que les objectifs pédagogiques soient bien formulés, clairs et précis. Pour être impliqué pleinement dans son apprentissage, l’élève a besoin de savoir où il va, et ce qu’on attend de lui. Il est donc primordial, dès le début de son module et de chacune de ses leçons, qu’il prenne connaissance d’objectifs clairs et réalisables.
De plus, un maximum d’interaction est nécessaire. En effet, dans le cadre d’une formation à distance, il est important que l’apprenant soit sollicité et actif afin de conserver son attention. Une formation qui l’incite à interagir avec le contenu, pour aller chercher les informations par exemple, lui permettra de se sentir acteur de sa formation, et renforcera sa motivation.
Il faut privilégier les formats courts, car la durée de l’attention est limitée. Elle est d’environ 10 minutes selon des études. Il est donc plus intéressant de choisir une formation composée de plusieurs diapositives courtes, plutôt qu’un long cours. C’est ce que nous appelons la granularisation. La concentration sera ainsi favorisée pendant la réalisation du parcours, et l‘apprenant se sentira plus libre de gérer sa formation en fonction de ses contraintes.
De plus, il faut varier les activités pédagogiques. Tout le monde sait que la répétition est une source d’ennui pour l’apprenant. Si les modules proposés se ressemblent tous, cela va le démotiver. Il faut utiliser des stratégies pédagogiques et des outils variés pour que l’apprenant soit plus concentré : vidéos, quiz, animations, activités interactives ou encore éléments de gamification, les possibilités sont nombreuses.
Avec tout cela, il faut des modules personnalisés. L’apprenant est plus motivé s’il sent que le module répond à ses besoins et lui est spécifiquement adressé. Nous proposons, par exemple, un avatar qui va l’accompagner tout au long de sa formation.
Enfin, nous pouvons selon son niveau, suivant les résultats de ses tests d’autoévaluation, lui indiquer certains exercices à résoudre.

Et que diriez-vous pour conclure cet entretien?

Oui, pour conclure, j’aimerai rajouter que l’enseignement à distance demande toute une stratégie de mise en œuvre, car avant tout il faut renforcer nos capacités sur le plan de l’ingénierie de la production et des ressources pédagogiques dans notre plate-forme, mais aussi penser à comment faire pénétrer cette technologie éducative, cette nouvelle façon d’enseigner dans nos habitudes pour préparer la communauté à accepter la nouvelle forme d’enseignement et d’apprentissage. Pour cela, il faut mettre au point une stratégie de conduite du changement.
Pour que nous puissions aboutir, il faut créer un plan de communication avec un message clair, cohérent et stimulant pour atteindre l’ensemble de la communauté scolaire et universitaire.
Enfin, sans cela rien ne marcherait, il faut mettre en place un modèle économique qui permette de rendre pérenne ce projet. La gratuité de nos cours est une condition nécessaire.
En Algérie, il y a tant de gens innovants, passionnés et compétents. Nous devrions être capables de consolider nos efforts pour faire occuper à notre plate-forme une place honorable parmi les plates-formes d’enseignement dans le monde. La question est quand ? Ou bien, quel est l’élément manquant ?

Related Posts

Leave a Comment

Résoudre : *
14 × 2 =