Startup, une lutte entre confiance et défaitisme

by admin

Le start-upper est un self-made-man, pas vraiment comme les autres. Il lui faut beaucoup de courage, de résilience, d’esprit et de talent pour concevoir ex nihilo un nouveau service ou produit, révélant au grand jour un marché très fécond et jusqu’alors insoupçonné. Il faut avoir des idées ou plutôt l’idée, mais est-on tous égaux face à la création d’entreprises? Pas vraiment. Le plus incroyable, c’est qu’une simple idée peut un jour devenir une vraie affaire, avec de vrais clients, une aide réelle, et de vrais problèmes.

Faire émerger des champions, voilà donc une bien jolie injonction. Irréaliste ? Dans certains domaines en tout cas. Face à l’hégémonie des GAFAs, difficile pour les petits acteurs de trouver leur place. En Algérie, il existe plusieurs domaines qui sont brassés par les startups. Cela va du VTC au e-commerce en passant par l’Agritech ou bien les Fintech. Par ses moments de pandémie où tout le monde ne doit pas ‘bouger’ pour éviter la propagation du virus, nous nous sommes intéressés au e-commerce et par ricochet aux ePaiement.
Selon Mourad Mechta, directeur général de la startup de e-commerce Guidini, «tout faux pas dans le processus conduira simplement les clients à passer à un concurrent », une perte que peu d’entrepreneurs peuvent se permettre au début de la création d’une entreprise. Pour ce type de startup qui se développe dans le e-commerce, les services de livraison sont essentiels pour elle et comptent sur la livraison et sur l’exécution de commandes de commerce électronique pour se développer. «Cela fait de la sélection d’un partenaire de logistique pour leur nouvelle entreprise une décision extrêmement importante, mais souvent négligée pour les entrepreneurs» nous avoue Mourad Mechta.
«Il est essentiel de donner la priorité à l’expérience client, c’est pourquoi il est important de s’associer à des entreprises dynamiques aux vues similaires et qui comprennent la nécessité de faire les choses correctement du premier coup au meilleur prix possible», note Nassim Kerdjoudj, responsable auprès de Batolis que nous avons vu au début de la Pandémie.
Selon une étude empirique que nous avons faite, 90% des clients sont plus susceptibles de faire des achats répétés auprès d’une startup qui fournit un excellent support client, ce qui inclut une attention particulière à la livraison. De plus, nous avons remarqué que trois consommateurs sur cinq utilisent au moins quatre applications e-commerce.
La livraison étant le dernier point d’interaction entre une startup et son client, elle laisse une impression durable, dit Mourad Mechta avant d’ajouter que «les envois en retard ou endommagés représentent un risque énorme pour le vendeur. Les startups et les petites entreprises ont besoin d’un service rapide et fiable sans coûts cachés» car ajoute-t-il «choisir le bon partenaire logistique est une décision décisive pour les startups qui veulent aller vers le e-commerce». Pour de nombreux startupper, choisir un partenaire réputé et efficace pour leur entreprise naissante est bien plus difficile qu’il n’y paraît.
Pour lui, le vrai débat se situe plutôt ailleurs dans l’écosystème. Si l’on veut vraiment développer une tech intelligente et raisonnée, ou tout simplement se développer en tant que société, «il va falloir aller vite et bien, mais aussi nous donner de la visibilité» tout en ajoutant «le problème, c’est qu’on mélange tout e-commerce et ePaiement alors que bien souvent les deux ne vont pas de pair». Alors une startup c’est quoi? Une startup, c’est une entreprise dont on dira une fois qu’elle a réussi : “j’y avais pensé aussi”.”

Related Posts

Leave a Comment