Les terres rares flambent sur fond de tensions sino-américaines

by admin

L’épidémie de coronavirus n’est même pas éteinte que déjà la guerre commerciale reprend du service, cette fois-ci autour des terres rares, car face aux droits de douane américaine imposés à ses produits, la Chine pourrait limiter ses exportations de terres rares en direction des États-Unis. Si les Chinois n’en sont qu’aux menaces, un accès limité à ces métaux pourrait être dommageable à tous les fabricants. Signe de la vulnérabilité américaine, les terres rares devraient d’ailleurs être exclues des prochaines hausses de droits de douane visant la quasi-totalité des produits chinois aux États-Unis.

Contrairement à ce que leur nom indique, les terres rares sont plus présentes sur la croûte terrestre que l’or et l’argent. Entrées dans l’usage commun depuis les années 1970, elles sont aujourd’hui omniprésentes au sein des objets qui symbolisent le progrès technologique. Les terres rares sont composées d’un groupe de 17 métaux — le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides — essentiels dans la fabrication de technologies de pointe et militaires. Leurs propriétés électroniques, magnétiques, optiques ou encore catalytiques, en font des éléments particulièrement recherchés par l’industrie (aéronautique, automobile, technologies de l’information, etc.). Ils sont utilisés dans les batteries, dans les éoliennes, les moteurs électriques, télévision, puces ou dans les radars, et aussi dans les lentilles optiques. Ils ont été découverts entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle par des chimistes suédois. La plupart de ces éléments ont alors été considérés comme rares parce que leurs minerais paraissaient peu abondants, assez dispersés et leurs métaux difficiles à séparer. Il aura fallu plus d’un siècle pour mettre au point des procédés d’extraction et apprendre comment exploiter leurs propriétés chimiques, physiques et électroniques exceptionnelles.

FERMETURE D’EXPLOITATION
A cause de l’impact environnement, de nombreux pays ont fermé leurs exploitations de terres rares. Aujourd’hui, c’est la Chine qui assure l’essentiel de la production mondiale, ce qui donne à Pékin un quasi-monopole. En effet, la Chine concentre à elle seule entre 70 % et 95 % de la production mondiale selon les sources. « Le Moyen-Orient a son pétrole, la Chine a ses terres rares ». Cette citation de Deng Xiaoping, président de la République Populaire de Chine entre 1978 et 1993, est révélatrice du monopole détenu par son pays dans le marché des terres rares. Cela a de quoi donner des sueurs froides aux États-Unis, dont les entreprises de hautes technologies, qu’elles soient civiles et militaires, dépendent énormément des terres rares. D’autant plus que le conflit commercial entre les deux pays ne donne aucun signe d’apaisement et certains investisseurs anticipent déjà un blocus surtout depuis que le président chinois Xi Jinping a effectué une visite dans une usine de traitement de terres rares. Est-ce un remake de 2010 où Pékin avait brutalement interrompu ses exportations de terres rares vers le Japon en représailles à un différend territorial ? Les États-Unis importent les 4/5 de leur production de l’empire du Milieu. Par contre ce qui est visible c’est la très forte hausse boursière des principaux producteurs de ces métaux très recherchés. Les terres rares sont-elles en train de se positionner comme « le pétrole » du XXIe siècle ?

UTILISATION DES TERRES RARES
Jusqu’à une tonne de terres rares dans une éolienne. Les aimants permanents sont également utilisés dans le fonctionnement des éoliennes. Pour une puissance de 1 MW fournie par le générateur, il faut jusqu’à 600 kg d’aimants contenant 31 % de terres rares. Une éolienne offshore pouvant atteindre 7 MW de puissance nécessite donc à elle seule plus d’une tonne de terres rares. Un développement massif de parcs éoliens en mer pourrait ainsi avoir une influence importante sur la demande.
Entre 0,5 et 3,5 kg de terres rares pour fabriquer une voiture
Les aimants permanents jouent un rôle central dans l’industrie automobile, car ils interviennent dans un grand nombre de fonctions dont certaines ne peuvent se passer de terres rares pour leur fiabilité et leurs performances (direction et freinage par exemple). Les terres rares sont aussi utilisées dans les batteries et moteurs des véhicules hybrides et électriques, dans une fourchette allant de 1,2 kg à 3,5 kg en fonction des technologies. Enfin, on retrouve des terres rares légères dans les pots d’échappement comme catalyseurs.

4,5 G DE TERRES RARES DANS CHAQUE ORDINATEUR
Sur les 500 g que pèse un disque dur d’ordinateur, l’aimant permanent en représente 15 g, lui-même étant constitué d’environ 4,5 g de terres rares : 4,2 g de néodyme et 0,3 g de dysprosium

Related Posts

Leave a Comment

Résoudre : *
36 ⁄ 18 =